Saison en cours

Moi, Corinne Dadat

Les 21 et 22 février

Moi, Corinne Dadat

+

de Mohamed El Khatib
Collectif Zirlib

Réserver en ligne

Dates et horaires des spectacles

JEU 21 FÉVRIER 19.00
VEN 22 FÉVRIER 20.00

au Théâtre du Grand Marché

durée 1h

Bord de scène

jeudi 21 février après le spectacle

Corinne Dadat est femme de ménage. Corinne Dadat ne rêvait pas d’être femme de ménage à 8 ans, ni même à 16. Corinne Dadat n’attend rien de l’actuel gouvernement, ni du prochain. Corinne Dadat se méfie du milieu du spectacle vivant.

Et pourtant, depuis 2013 et sa rencontre avec Mohamed El Khatib, Corinne Dadat incarne un nouveau souffle dans le théâtre contemporain. Presque à son corps défendant, puisque de corps il s’agit bien : le sien, celui d’une femme de ménage de 50 ans passés, conditionné par le rythme répétitif de ses tâches, un leitmotiv qu’elle n’a pas choisi et qui pourtant marque son corps, physique et social. Avec elle sur scène, la danseuse Elodie Guezou montre aussi l’impact du travail, de la répétition des gestes, sur son corps. Comme toujours dans les créations de Mohamed El Khatib, il est question de dialogue : dialogue entre deux corps, entre deux mondes, le spectacle lui-même est né du long et patient dialogue entre Corinne et Mohamed. Sa représentation en est un autre, cette fois entre Corinne Dadat et nous, spectateurs. Car Moi, Corinne Dadat ne prétend pas imposer une vision, une lecture, détenir une vérité, mais simplement faire entendre une parole, vivante et sensible. Qu’on le labellise “poème scénique” ou “ballet documentaire pour une femme de ménage + une danseuse”, ce spectacle est une véritable expérience de réalité augmentée.

« Il y a longtemps que le théâtre n’est plus politique, faut arrêter avec ça. Ça concerne 3 % de la population. Ce qui devrait être l’avenir, ce sont les projets artistiques “situés”, qui associent les gens d’un territoire. On ne peut plus laisser le public s’ennuyer à mourir devant la énième mise en scène moyenne de la Ménagerie de verre avec un acteur déguisé en pauvre. »
Mohamed El Khatib, Libération, 2 octobre 2017

Distribution

texte + conception
Mohamed El Khatib
avec
Corinne Dadat, Elodie Guezou, Mohamed El Khatib
environnement numérique
Benjamin Cadon, Franck Lefèvre
environnement sonore
Raphaëlle Latini, Arnaud Léger
environnement visuel
Fred Hocké
photographe associé
Marion Poussier
production
Zirlib
coproduction
Théâtre d’Orléans – Scène Nationale, Hippodrome, scène nationale de Douai, Tandem Douai-Arras, La Rose des Vents – Scène Nationale Lille Métropole Villeneuve d’Ascq, Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau, Les Treize Arches- scène conventionnée de Brive, CultureOCentre - Ateliers de développement culturel, Théâtre d’Amboise
résidences
Centre Chorégraphique National d’Orléans (Dir. Josef Nadj), Emmetrop Bourges, Quai des Arts-Argentan dans le cadre des Relais Culturels Régionaux
avec la participation
du DICRéAM et de Digital Airways
Zirlib, collectif porté par la Région Centre, est conventionné par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Centre et bénéficie du soutien de la ville d’Orléans

< liste des spectacles

< spectacle précédent

spectacle suivant >