Saison précédente

Villégiature

du 26 au 28 mai

Villégiature

+

D'après Carlo Goldoni - Compagnie Jakart et Mugiscué

Réserver en ligne

Dates et horaires des spectacles

lundi 26 mai 19.00
mardi 27 mai 20.00
mercredi 28 mai 19.00

Documentation

Dossier pédagogique
Télécharger le PDF (832 Ko)

Dossier de presse
Télécharger le PDF (559 Ko)

PRECIS, INCISIF, FEROCE, GOLDONI REVELE LES TRAVERS DE SES CONTEMPORAINS

« Alors on y va ? » voici en résumé la question fondatrice d’une des plus grandes oeuvres du théâtre du XVIIIe siècle… La Trilogie de la villégiature de Goldoni, écrite en 1761, est un monument théâtral. Elle brosse le tableau corrosif d’une bourgeoisie de province frivole et pourtant profondément humaine. Pour tenir son rang, on doit s’installer pour l’été à la campagne. le départ est laborieux, on s’empêtre dans des querelles totalement futiles : problèmes de linge, de couples, de valises. Puis on s’en va enfin… et en vacances on meurt d’ennui, alors on intrigue, on attise les rancoeurs… et on tombe amoureux.
Les personnages de Goldoni sont les représentants d’une Venise en perte de vitesse : en pleine crise économique, au bord de la ruine, ils tentent de maintenir un départ en vacances coûteux et vain. Ils font comme si. Ils tentent de sauver les apparences. en perte de repères, ils se réfugient dans l’unique valeur sûre qu’il leur reste : l’image.
Cette manière pathétique de vouloir être de « son rang », ce côté « bling-bling » qui se rêve aristocrate : les personnages sont plus affairés à préserver leur image qu’à construire leur vie. ainsi, l’image et les apparences prennent le dessus sur la réalité des sentiments.

Thomas Quillardet, jeune metteur en scène, a choisi de ne traiter que les deux premières parties de l’oeuvre : le départ et la villégiature. Il se saisit de l’intrigue et de la langue avec humour et énergie. On rit beaucoup dans cette trilogie de tréteaux loin des langueurs de la campagne estivale : les portes claquent, ça geint, ça chante. Et les acteurs sont formidables.

Distribution

mise en scène
Thomas Quillardet et Jeanne Candel
scénographie
Kim Lan Nguyen Thi
costumes
Karine Vintache
lumières
Manuel Desfeux
assistante à la mise en scène
Pauline Soury
régie générale
Hugo Hazard
régie lumières
Alexia Lauret
avec
Olivier Achard, Aurélien Chaussade, Caroline Darchen, Maloue Fourdrinier, Claire Lapeyre Mazerat, David Lejard-Ruffet, Elizabeth Mazev, Pierre-François Pommier
production
Compagnies Jakart et Mugiscué
coproduction
Théâtre de l’Union, CDN de Limoges, Scène Nationale d’Aubusson, Théâtre Jean Lurçat, Théâtre de Vanves

< liste des spectacles

< spectacle précédent

spectacle suivant >