Saison en cours

Dates et horaires des spectacles

JEUDI 09 MARS 19.00
VENDREDI 10 MARS 20.00
Durée 1h
TARIF B

Vidéo

Le teaser de ROSA LIBERTÉ
Voir sur youtube

Le 15 août 1919, à Berlin, la militante socialiste Rosa Luxemburg est cruellement assassinée à coup de crosse, son corps jeté dans un canal de la Spree. Née en Pologne de parents juifs, Rosa Luxemburg aura consacré sa vie à dénoncer les nationalismes, leurs dérives guerrières. Bertolt Brecht écrira d’ailleurs à son sujet « Rosa-la-Rouge a disparu. Elle avait dit aux pauvres la vérité. Et pour cela les riches l’ont assassinée. » Bien sûr, il y a une résonance avec la période troublée que nous vivons, le signal que ces luttes, que cette existence sacrifiée à un combat politique nécessaire restent singulièrement d’actualité. Mais c’est aussi la figure féminine que représente Rose Luxemburg qui a inspiré Filip Forgeau, à travers ses écrits, ses journaux, sa correspondance. Comme Milena Jesenskà et Anaïs Nin l’avaient précédemment inspiré pour son projet intitulé « Les chambres », dont « Rosa Liberté » constitue le troisième volet. Dès lors, comment incarner Rosa Luxemburg ? En la « désincarnant », pour ainsi dire. C’est un long poème dramatique qui va naître sous la plume de Filip Forgeau, un texte extrêmement rythmé, où le souffle, la musicalité, la sonorité sont prépondérants. Pour porter ce texte, Soizic Gourvil, fidèle interprète du verbe de Forgeau, dans un exercice « sur le fil » qui ne souffre ni la faute ni l’hésitation. Un parcours d’endurance pour la comédienne qui exige d’elle une concentration extrême, une position subtile juste « derrière » les mots où humilité et rigueur sont les maîtres-mots.

« Je n’ai peur de rien. Rien.
Je suis devenue dure comme l’acier poli.
Ils disent «Rosa la rouge».
Ils disent «Rosa Luxemburg ».
Ils disent «Rosa l’étrangère». « Rosa la Juive ». Ils disent « Voilà la rouge, la vieille putain ».
Ils disent « L’ordre règne à Berlin ».
Mais leur ordre repose sur du sable.
Quand je songe au peu de temps qu’il me reste à vivre
Et à tout ce qu’il y a encore à apprendre,
J’ai peur.
J’ai peur de tout. Tout.
Est-ce qu’on peut apprendre à mourir ? »

Distribution

Librement inspiré de la vie de Rosa Luxemburg
texte et mise en scène
Filip Forgeau
avec
Soizic Gourvil
lumières
Michaël Vigier
régie son
Lionel Haug

< liste des spectacles

< spectacle précédent

spectacle suivant >